« La promesse est une dette« , en tout cas c’est ce que veut l’adage et le successeur de l’ancien président ghanéen John Dramani Mahama, le Président Nana Akuffo Addo a bien tenu sa promesse. Ce dernier, dont le mandat est en cours depuis le 7 janvier 2017, avait promis de rendre gratuit l’école secondaire durant la dernière ligne droite de la campagne électorale qui l’a porté au pouvoir.

Près de 85% des enfants ghanéens sont scolarisés en primaire mais seulement 44,4% des filles dans le secondaire et 48% des garçons, selon des chiffres de l’Unicef.

Enfin pour avoir accès à l’enseignement secondaire il fallait réussir un examen d’entrée, et surtout espérer qu’il y ai une place disponible. Cela dépendait aussi de la capacité des parents à pouvoir payer les frais de scolarité (en moyenne cinq cent dollars par année scolaire).

Ce n’était pas donné à tout le monde. Et pour subvenir à cette initiative, l’Etat ghanéen a déboursé 400 millions de Cedis, soit 88 millions d’euros qui ont été alloués en supplément au budget de l’éducation en 2017.

Cette décision permettra à plus d’enfants et adolescents de pouvoir continuer leur étude, la gente féminine en particulier.

Laetitia Tshilombo

Voir tous ses articles

ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *